Ispica

La commune d’Ispica est située dans la partie sud-est de la province de Ragusa. La ville est également connue sous le nom Spaccaforno ce qui dériverait de l’union du mot latin “speca” (grotte) et “forno” (four), qui indique la forme de certaines tombes qu’on a découvertes près de la ville. Une catacombe paléochrétienne témoigne que l’endroit était déjà habité en époque tardo-romaine, quand la ville était appelée “Hyspicaefundus”. Enfin, en 1934 elle prit le nom actuel, Ispica.

Aujourd’hui la ville surgit sur une colline à 7 kilomètres environ de la mer, mais les témoignages de ses origines sont plus en aval, là où sont situés les sites archéologiques Parco della Forza et Cava d’Ispica.
Sur son territoire se succédèrent les dominations sicilienne, grecque, romaine et byzantine. Les Arabes y ont regné entre le Xe et le XIe siècle jusqu’à la libération de la part des Nomands guidés par Ruggero d’Altavilla. Après être passé sous la domination Souabe et des Anjou, le territoire d’Ispica eut plusieurs seigneurs jusqu’au moment où il entra à faire partie du territoire du Comté de Modica.

Ispica
Ispica



Le terrible tremblement de terre de 1693, qui détruisit une grande partie de la Sicile sud-orientale, anéantit tout le centre historique qui, à l’époque, se situait pour la plupart sur l’emplacement actuel de Cava d’Ipica. La ville fut ainsi reconstruite sur une plaine surélevée près de Cava, mais le premier centre ne fut pas complètement abandonné. Les nouveaux quartiers avaient des rues larges et droites, en forme d’échiquier et s’enrichirent de superbes demeures et églises baroques, parmi lesquelles Santa Maria Maggiore, l’Église San Bartolomeo et la Basilique de la Santissima Annunziata. Ensuite, furent contruits en style art nouveau Palais Bruno et Palais Bruno de Belmonte.

A 15 kilomètres de la ville est situé le site archéologique de Cava d’Ispica, une vallée fluviale dans le maquis méditerranéen, qui témoigne des premiers habitants de la ville. À son intérieur sont conservés nécropoles préhistoriques, catacombes chrétiennes, oratoires rupestres, ermitages monastiques et habitations de tout type. Dans la partie finale de cette vallée se trouve le Parc Archéologique de la Force (Forza), sur le flanc de la colline où surgit la ville actuelle, où l’on retrouve de nombreux témoignages de la présence humaine jusqu’au tremblement de 1693.
Graâce à ses beautés architectoniques Ispica demande à être insérée au sein des villes baroques inscrites au Patrimoine mondial de l’UNESCO.


À visiter, à voir à Ispica

  • Basilique Santa Maria Maggiore
  • Basilique Santissima Annunziata
  • Église San Bartolomeo (Chiesa Madre)
  • Église Madonna del Monte Carmelo
  • Église Madonna delle Grazie
  • Palais Bruno di Belmonte
  • Ex-siège communal et ex-maison Statella, rue Garibaldi
  • Ex marché, Corso Umberto
  • Cava d’Ispica
  • Parc Archéologique de la Force
  • Catacombes San Marco


loader loading
Opération en cours...